Testez-vous

Etes-vous "droit malin"?

Interviews

Maître Marc Lipskier, un avocat qui révolutionne le métier d'avocat *

Espace emploi

Des offres d'emploi et des CV gratuits

> Recrutez ou faites-vous chasser !

Lexique juridique

 

Tous les termes juridiques de A à Z

> Consultez gratuitement  !

Chiffres utiles

 

Indices et barèmes officiels en vigueur

> Consultez gratuitement  !

Partenaires

Qu’est-ce que l’assurance temporaire décès ?

Article mis à jour le 28/01/2013
Assurances

Limitée dans le temps, cette assurance garantit à vos proches le versement d’un capital (ou d’une rente) si vous décédez pendant la période de couverture de votre contrat, c’est-à-dire entre la date de souscription et la date d’échéance du contrat (généralement fixée entre 65 et 75 ans).

En revanche, si vous êtes toujours en vie au terme du contrat, aucune somme ne sera versée au(x) bénéficiaire(s). Les cotisations auront ainsi été versées « à perte ». Il en est de même si vous résiliez le contrat par anticipation.

Il s’agit donc d’un « véritable » contrat d’assurance, reposant sur un aléa – votre décès – (comme l’assurance que vous souscrivez pour votre voiture qui ne jouera peut-être jamais si vous n’avez pas d’accident) et non pas d’une épargne.

Une telle assurance présente toutefois un intérêt non négligeable : un très fort « effet levier » : une prime faible pour un capital important assuré. En effet, que vous décédiez après avoir cotisé plusieurs années, ou seulement quelques mois, le capital versé sera le même ; à savoir que le(s) bénéficiaire(s) recevra(vront) le montant déterminé à la signature du contrat, même si vous n’avez que peu cotisé. Aucune opération d’épargne ne peut avoir un tel rendement.

A savoir : Pour pallier ce caractère « temporaire », vous pouvez opter pour une assurance « vie entière ». Dans ce cas, l’assureur verse un capital ou une rente au(x) bénéficiaire(s) désigné(s) dans le contrat, quelle que soit la date du décès de l’assuré.

Avantage : Le capital versé au bénéficiaire n’est pas assujetti ni à l’impôt sur le revenu ni à l'ISF.

Votre notation : Aucun Moyenne : 2 (2 votes)
Liens sponsorisés
Liens sponsorisés
Votre notation : Aucun Moyenne : 2 (2 votes)