Testez-vous

Etes-vous "droit malin"?

Interviews

Maître Marc Lipskier, un avocat qui révolutionne le métier d'avocat *

Espace emploi

Des offres d'emploi et des CV gratuits

> Recrutez ou faites-vous chasser !

Lexique juridique

 

Tous les termes juridiques de A à Z

> Consultez gratuitement  !

Chiffres utiles

 

Indices et barèmes officiels en vigueur

> Consultez gratuitement  !

Partenaires

Comment mettre tous les atouts de son côté pour obtenir un crédit immobilier ?

Article mis à jour le 13/10/2010

Les banques vous demandent de leur fournir un mini-dossier, comprenant notamment vos trois derniers bulletins de salaires (si vous êtes salarié), vos derniers avis d’imposition, vos derniers relevés de compte bancaire. A la lecture de ces documents, elles voient ce que vous gagnez –ce qui est important pour déterminer votre capacité de remboursement-, mais aussi quel genre de client vous êtes. En épluchant vos relevés de compte (ou parce que vous êtes client chez lui), le banquier sait très vite par exemple si vous remboursez chaque mois par prélèvement sur votre compte d’autres crédits (renouvelables, automobile…) ou si vous êtes souvent à découvert. Et cela ne lui plait pas. Essayez donc d’avoir une gestion sérieuse de vos comptes dans les mois qui précèdent votre demande de prêt.

De l’épargne…

Les banques préfèrent les clients qui savent gérer leur budget, qui épargnent régulièrement, à ceux qui, même dotés de revenus élevés, dépensent sans compter. N’hésitez donc pas à faire état de vos économies et des produits d’épargne que vous détenez. Même si celles-ci ne sont pas très importantes, avoir épargné régulièrement est un atout. Cela rassure la banque sur votre capacité à rembourser le prêt, et fait de vous un client potentiellement « rentable », car vous souscrirez sans doute par la suite aussi des placements chez elle. Mais si vous êtes jeune, il est très compréhensible que vous n’ayez pas eu le temps de faire des économies. La banque ne vous en tiendra pas rigueur, et s’attachera plutôt à anticiper votre évolution professionnelle (en fonction de vos diplômes par exemple, de votre secteur d’activité…). En revanche, si à près de 50 ans, vous n’avez toujours consenti aucun effort d’épargne, votre dossier risque d’être jugé plus sévèrement.

… et un apport personnel

Les banques accordent en général des conditions plus favorables aux emprunteurs qui disposent d’un apport personnel important (par exemple qui financent avec leurs propres économies 30 % ou 40 % de leur achat immobilier), et n’ont besoin d’emprunter que le complément : elles prennent évidemment ainsi moins de risques que lorsqu’elles financent presque la totalité du prix du bien.

Votre notation : Aucun Moyenne : 2 (1 vote)


Liens sponsorisés
Liens sponsorisés
Votre notation : Aucun Moyenne : 2 (1 vote)