Infos blog

Blog juridique d'un avocat engagé pour vos droits: droit de la famille et des personnes : mariage, PACS, concubinage, adoption, autorité parentale, divorce, droit de l'enfant, droit des pères, droit des grands-parents...

BLOGS EXPERTS

Les blogs experts de droitissimo.com sont réservés aux avocats, notaires, huissiers, médiateurs, juristes, professeurs de droit, experts-comptables.

> Ouvrir un blog

Danger de l'aliénation parentale = « maladie de l'enfant marionnette »

Auteur :

Par Maître Samira MEZIANI 

Le syndrome de l'aliénation parentale existe.

Nier son existence, c'est nier le droit des enfants d'avoir le droit de maintenir des liens avec ses deux parents. Le juge aux affaires familiales doit veiller à ce que les relations des enfants soient maintenues avec chacun des parents et à éviter le «syndrome d'aliénation parentale». (SAP)

Le SAP :  influence négative de l'un des parents sur des enfants influençables pour les empêcher d'avoir tout contact avec l'autre. Cette «dictature affective qui pèse sur les enfants» doit être évitée (TGI Toulon, JAF, 4 juin 2007 : Gaz. Pal. 18/20 nov. 2007, p. 11, note J. Pannier.)

En d'autres termes,  l'aliénation parentale  est un « lavage de cerveau »

Dans la majorité des cas  ( à 85% selon les derniers chiffres : source LeFigaro 5 juin 2011) l'enfant vit auprès de sa mère.

Qui souffre des conséquences de l'aliénation parentale : l'enfant et le parent diabolisé, bien souvent le père donc.

    Nier l'existence même du SAP c'est régresser.

    Nier l'existence même du SAP c'est nier le mal être de l'enfant.

    Nier l'existence même du SAP c'est nier et mépriser les droits de l'enfant.

    Nier l'existence même du SAP c'est nier et mépriser le droit des pères.

Selon un article paru dans le FIGARO le 5 juin 2011, il est rapporté :

« Pour Me Catherine Perelmutter, (…) le SAP est une théorie dangereuse. «L'instrumentalisation existe bien entendu, mais dans une minorité de cas, souligne-t-elle. Or les théoriciens de ce syndrome - qui est présenté comme un phénomène prouvé, alors qu'il ne fait pas partie de la classification internationale des maladies mentales - le brandissent systématiquement, faussant totalement l'appréciation des différents cas de conflit.»

… on aurait trouvé là une «terminologie séduisante et commode» pour «expliquer simplement des problèmes complexes aux juges saturés par les conflits intrafamiliaux». Une solution pragmatique «clé en main», mais aussi une arme idéologique qui viserait à «discréditer la mère et réhabiliter le père» pour obtenir, par exemple, la garde exclusive ou alternée. L'avocat met en garde : «Après les «fausses allégations», on a trouvé le «syndrome d'aliénation parentale», dit-elle. Les modes se succèdent, mais la victime reste : l'enfant. Avec une nouvelle fois le mépris de sa parole. Ce qui conduit inévitablement à de nombreux dénis de justice.»

Votre notation : Aucun Moyenne : 1.5 (2 votes)


Liens sponsorisés
Liens sponsorisés
Votre notation : Aucun Moyenne : 1.5 (2 votes)