Testez-vous

Etes-vous "droit malin"?

Interviews

Maître Marc Lipskier, un avocat qui révolutionne le métier d'avocat *

Espace emploi

Des offres d'emploi et des CV gratuits

> Recrutez ou faites-vous chasser !

Lexique juridique

 

Tous les termes juridiques de A à Z

> Consultez gratuitement  !

Chiffres utiles

 

Indices et barèmes officiels en vigueur

> Consultez gratuitement  !

Partenaires

Qu’est-ce que la conférence de Copenhague ?

Article mis à jour le 28/09/2010

Réunion annuelle des représentants des pays qui ont ratifié la Convention-cadre des Nations unies sur le changement climatique (CCNUCC), la COP 15 (15e conférence des Parties), 5e réunion des Parties au Protocole de Kyoto, s’est déroulée à Copenhague du 7 au 18 décembre 2009, réunissant 193 pays.

Le principal objectif de la conférence était de renégocier un accord international sur le climat qui remplace le Protocole de Kyoto dont la dernière étape prend fin en 2012.

La France a proposé la création d’un groupe « Copenhague + », associant les 28 pays favorables à un objectif de réduction de 50 % des émissions de CO² d’ici 2050. Le gouvernement français a encouragé, en vain, la création d’une agence internationale pour l’environnement chargée de contrôler les engagements des pays pour la protection de l’environnement.

L’objectif proclamé par Pékin est une diminution de 40-45 % (par rapport à 2005) des émissions des gaz à effet de serre par unité de PIB d’ici 2020.

Les objectifs visés par les États-Unis sont une diminution de la production de CO² de 17 % d’ici 2020, 30 % d’ici 2025 et 42 % d’ici 2030 par rapport à 2005. Pour l’administration américaine l’objectif est de réduire les émissions de 83 % d’ici 2050.

L’objectif de l’Union Européenne est une diminution des émissions de CO² d’au moins 20 % d’ici 2020 par rapport aux valeurs de 1990.

Durant les négociations, certains pays ont avancé des chiffres concernant la réduction des émissions de gaz à effet de serre et étaient prêts à mettre ces objectifs en place, si un accord contraignant se dégageait du sommet.

La conférence s’est terminée sur une déclaration d’intention qualifiée d’accord visant à limiter et réduire les émissions de gaz à effet de serre pour ne pas dépasser une augmentation moyenne de 2°C d’ici à 2050. Cependant, cet accord n’est pas juridiquement contraignant car il ne cite pas le Protocole de Kyoto. De même, à l’issue de la conférence, aucun accord chiffré sur des dates butoirs, des objectifs quantitatifs ou le financement n’a pas pu être produit. La cible de réduction de 50 % des émissions de GES avant 2050 a été retirée de la déclaration. Mais les Etats ont accepté de donner par écrit les chiffres précis de leur réduction d’émissions pour l’horizon 2015-2020. Ces chiffres font l’objet d’une annexe dans la déclaration.

L’accord de trois pages inclut un accord de principe qui porte sur l’importance des mesures visant à réduire les émissions provenant de la déforestation et de la dégradation de la forêt en comprenant une aide aux pays en développement (30 milliards de dollars par an d’ici à 2020) afin qu’ils puissent mieux supporter les conséquences des changements climatiques. Enfin, l’accord n’évoque plus l’Organisation mondiale de l’environnement.

Votre notation : Aucun Moyenne : 1.5 (2 votes)


Liens sponsorisés
Liens sponsorisés
Votre notation : Aucun Moyenne : 1.5 (2 votes)