Testez-vous

Etes-vous "droit malin"?

Interviews

Maître Marc Lipskier, un avocat qui révolutionne le métier d'avocat *

Espace emploi

Des offres d'emploi et des CV gratuits

> Recrutez ou faites-vous chasser !

Lexique juridique

 

Tous les termes juridiques de A à Z

> Consultez gratuitement  !

Chiffres utiles

 

Indices et barèmes officiels en vigueur

> Consultez gratuitement  !

Partenaires

Comment réagir face à la non-remise de l'enfant lors de l'exercice du droit de visite et d'hébergement ?

Article mis à jour le 12/05/2012

C'est une situation trop fréquente que de trouver porte close lorsque l'on va chercher ses enfants, parce que l'autre parent a modifié ses propres dates de vacances ou qu'il est parti en week-end...

Le respect de la décision de justice accordant un droit de visite et d'hébergement est fondamental dans l'intérêt même de l'enfant, de sa stabilité et du regard qu'il porte sur ses parents.

Saisir le juge aux affaires familiales d'une modification

Ayez toujours à l'esprit qu'il est peut-être possible de trouver une solution en dehors d'une procédure pénale, qui ne doit être envisagée qu'en dernier recours.

Par exemple, si les difficultés surviennent parce que vos deux domiciles sont éloignés, n'est-il pas possible que le droit de visite et d'hébergement s'exerce dans un point rencontre, chez un tiers, un grand-parent ou toute personne habitant près du parent chez qui réside l'enfant ?

Sachez qu'il est toujours possible de saisir le juge aux affaires familiales d'une demande de modification de vos droits (Pour en savoir plus, vous pouvez également lire l'article : Une mesure concernant l'autorité parentale est-elle définitive ?).

Votre notation : Aucun Moyenne : 1.5 (2 votes)


Liens sponsorisés
Liens sponsorisés
Votre notation : Aucun Moyenne : 1.5 (2 votes)