Testez-vous

Etes-vous "droit malin"?

Interviews

Maître Marc Lipskier, un avocat qui révolutionne le métier d'avocat *

Espace emploi

Des offres d'emploi et des CV gratuits

> Recrutez ou faites-vous chasser !

Lexique juridique

 

Tous les termes juridiques de A à Z

> Consultez gratuitement  !

Chiffres utiles

 

Indices et barèmes officiels en vigueur

> Consultez gratuitement  !

Partenaires

Autre document :

Or par courrier du 20 septembre 2007 vous nous avez adresse une lettre n’apportant strictement aucune réponse appropriée.

Vous précisez en effet dans votre courrier que “Madame P. est signataire à la date du 17 novembre 2006 de l’attestation demandant une subrogation du 6 octobre 2006 au 15 décembre 2006 et qu’ils se sont exécutés conformément à cette demande” alors que notre lettre vous interrogeait non pas sur la période du 6 octobre au 15 décembre 2006, mais sur celle postérieure au 15 décembre 2006 pour laquelle vous avez omis de nous restituer les attestations de salaire.

Or votre lettre est totalement muette sur la période postérieure au 15 décembre 2006 ni sur les raisons pour lesquelles vous vous êtes abstenu de nous restituer les attestations de salaire.

En outre, vous ne nous répondez nullement sur le remboursement de la somme de 17 076, 92 EUROS qui vous était demandée, et que vous avez perçue indûment.

Enfin vous écrivez “Je ne me considère en aucun cas être responsable d’une situation que seule la société ARROW par son service des ressources humaines a généré et vous ne devez pas l’ignorer” alors que de votre côté, c’est en parfaite connaissance de cause que vous avez perçu des sommes qui ne vous étaient pas dues de la part de l’employeur, sans juger bon de l’en avertir, ce qui est tout à fait déloyal.

Nous considérons donc que la réponse que vous avez notifiée à la société est totalement insuffisante.

Nous considérons en effet que le fait d’avoir sciemment perçu vos indemnités journalières en même temps que votre salaire, sans en avertir la société ARROW, tout en refusant de renvoyer à ARROW les attestations de salaire permettant la mise en place de la subrogation sont constitutives de man’uvres déloyales vis à vis de ARROW FRANCE SA l’employeur, et caractérisent une faute grave rendant impossible la poursuite immédiate de votre contrat de travail.

Il en va d’autant plus ainsi que de par vos fonctions exercées au sein de la société ARROW vous êtes parfaitement informé sur ces mécanismes de remboursement des indemnités journalières.

Aucu vote pour l'instant.
Liens sponsorisés
Liens sponsorisés
Aucu vote pour l'instant.