Testez-vous

Etes-vous "droit malin"?

Interviews

Maître Marc Lipskier, un avocat qui révolutionne le métier d'avocat *

Espace emploi

Des offres d'emploi et des CV gratuits

> Recrutez ou faites-vous chasser !

Lexique juridique

 

Tous les termes juridiques de A à Z

> Consultez gratuitement  !

Chiffres utiles

 

Indices et barèmes officiels en vigueur

> Consultez gratuitement  !

Partenaires

Autre document :

Vu les autres pièces du dossier

Vu la constitution, notamment son préambules ;

Vu la convention européenne de sauvegarde des droits de l'homme et des libertés fondamentales, notamment son article 10 ;

Vu le code général des collectivités territoriales ;

Vu le code de justice administrative ;

Vu la décision par laquelle le président du tribunal a désigné M. Molla, premier conseiller, pour statuer sur les demandes de référé ;

Après avoir convoqué à une audience publique :

-    Me Verdier, représentant la société Les Productions de la Plume et M. Dieudonné M'Bala M'Bala ;

-   le préfet de la Loire-Atlantique ;

Vu le procès-verbal de l’audience publique du 9 janvier 2014, au cours de laquelle ont été entendus :

-   le rapport de M. Molla, juge des référés ;

-   Me Verdier, représentant la société Les Productions de la Plume et M. Dieudonné M'Bala M'Bala;

-   Me Plateaux et Mme Léglise, représentant le préfet de la Loire-Atlantique ;

Après avoir prononcé, à l’issue de l’audience, la clôture de l’instruction ;

Sur les conclusions présentées au titre de l’article L. 521-2 du code de justice administrative :

1.   Considérant qu'aux termes de l'article L. 521-2 du code de justice administrative : « Saisi d’une demande en ce sens justifiée par l’urgence, le juge des référés peut ordonner toutes mesures nécessaires à la sauvegarde d’une liberté fondamentale à laquelle une personne morale de droit public ou un organisme de droit privé chargé de la gestion d’un service public aurait porté, dans l’exercice d’un de ses pouvoirs, une atteinte grave et manifestement illégale. Le juge des référés se prononce dans un délai de quarante-huit heures. » et qu'aux termes de l'article L. 522-1 dudit code : “Le juge des référés statue au terme d'une procédure contradictoire écrite ou orale. Lorsqu'il lui est demandé de prononcer les mesures visées aux articles L. 521-1 et L. 521-2, de les modifier ou d'y mettre fin, il informe sans délai les parties de la date et de l'heure de l'audience publique (...) ” ;

2.   Considérant que par arrêté du 7 janvier 2014 le préfet de la Loire-Atlantique a interdit le spectacle « Le Mur » que doit tenir l’artiste Dieudonné M'Bala M'Bala le 9 janvier 2014 à Saint- Herblain au motif que ce spectacle, d’une part, qui contient des propos injurieux à l’encontre des personnes de religion ou de culture juive, incitant à la haine raciale, et à des expressions apologétiques de l’exterminations des juifs pendant la seconde guerre mondiale, constitue en lui- même un trouble à l’ordre public, en raison de l’indignité et du trouble des consciences que ces propos provoquent et, d’autre part, qu’il est de nature à créer de sérieuses difficultés de maintien de l’ordre aux abords de la salle, en raison d’un contexte de vives réactions de réprobation et de l’annonce d’une manifestation en vue de perturber ou d’empêcher le spectacle ; que la société « Les Productions de la Plume » et M. M’Bala M’Bala demandent au juge des référés du tribunal administratif de Nantes, saisi sur le fondement de l’article L. 521-2 du code de justice administrative, de suspendre cette mesure d’interdiction ;

Votre notation : Aucun Moyenne : 1.8 (4 votes)
Liens sponsorisés
Liens sponsorisés
Votre notation : Aucun Moyenne : 1.8 (4 votes)