Testez-vous

Etes-vous "droit malin"?

Interviews

Maître Marc Lipskier, un avocat qui révolutionne le métier d'avocat *

Espace emploi

Des offres d'emploi et des CV gratuits

> Recrutez ou faites-vous chasser !

Lexique juridique

 

Tous les termes juridiques de A à Z

> Consultez gratuitement  !

Chiffres utiles

 

Indices et barèmes officiels en vigueur

> Consultez gratuitement  !

Partenaires

Que rembourse l’assurance « perte d’emploi » proposée pour un prêt immobilier ?

Article mis à jour le 17/12/2010

L’assurance « perte d’emploi » accordée pour un crédit immobilier promet en général de prendre en charge la totalité ou –plus souvent- une partie de la mensualité de remboursement de ce prêt, si vous vous retrouvez au chômage après un licenciement économique. Mais certains contrats proposent simplement un report des mensualités en fin de crédit. Le licenciement pour faute, la rupture conventionnelle du contrat de travail, la démission ou le chômage partiel sont des cas où l’assurance ne s’applique pas. Elle ne couvre pas non plus les salariés en période d’essai ou les départs en pré-retraite. En outre, même après un licenciement économique, vous ne serez pas indemnisé immédiatement car l’assurance n’intervient qu’après les trois ou les six premiers mois de chômage indemnisé, et seulement pour une certaine durée (9 mois, 15 mois…), variable selon les contrats, mais qui dépasse rarement 18 mois. Attention, de nombreux contrats ne jouent pas non plus tant que l’emprunteur n’a pas au moins 25 ans…. et cessent toute garantie quand il fête par exemple ses 50 ou 55 ans.

Report d’échéance et prise en charge : ne pas confondre

Ne confondez pas la prise en charge des mensualités par l’assurance perte d’emploi avec le « report » de celles-ci, que proposent aussi parfois les banques. Dans le premier cas, l’assureur paie une partie de votre échéance de remboursement à votre place, et vous n’aurez donc pas l’acquitter vous- même. Dans le second, la mensualité est simplement déplacée à la fin du prêt : vous devrez la payer plus tard. Vous obtenez seulement un répit le temps de retrouver un emploi. Le report d’échéance, même s’il est présenté comme gratuit par la banque, peut d’ailleurs coûter cher, car différer ainsi la mensualité retarde le remboursement du capital restant dû sur le prêt. Or, c’est sur celui-ci sont calculés les intérêts. Leur montant total est donc plus élevé quand les mensualités sont décalées en fin de crédit.

Votre notation : Aucun Moyenne : 1.5 (2 votes)


Liens sponsorisés
Liens sponsorisés
Votre notation : Aucun Moyenne : 1.5 (2 votes)