Testez-vous

Etes-vous "droit malin"?

Interviews

Maître Marc Lipskier, un avocat qui révolutionne le métier d'avocat *

Espace emploi

Des offres d'emploi et des CV gratuits

> Recrutez ou faites-vous chasser !

Lexique juridique

 

Tous les termes juridiques de A à Z

> Consultez gratuitement  !

Chiffres utiles

 

Indices et barèmes officiels en vigueur

> Consultez gratuitement  !

Partenaires

Abus de faiblesse : dans quels cas peut-on l'invoquer devant les tribunaux pour faire annuler une vente ? - Page 2

Article mis à jour le 22/03/2013

 

L’abus de faiblesse : un démarchage à domicile

Initialement conçu uniquement dans le cadre du démarchage à domicile, le délit d’abus de faiblesse a par la suite été étendu à d’autres lieux de vente. Ainsi, l’interdiction s’applique également aux engagements obtenus :

  •  lors d’un démarchage par téléphone ou télécopie ;
  • lors d’une visite sur le lieu de vente, lorsque la victime a été sollicitée à son domicile pour s’y rendre, notamment afin d’y retirer un cadeau ;
  • lors d’une réunion ou excursion organisée par le professionnel ;
  • dans des lieux non destinés à la commercialisation et même dans le cadre de foires et salons. Si les règles du démarchage à domicile ne s’appliquent pas en cas d’achat sur une foire ou un salon, l’abus de faiblesse, lui, peut être caractérisé dans ce cas. En effet, on considère que les personnes en situation de faiblesse sont, à cette occasion, plus enclines à se livrer à des achats inconsidérés ;
  • alors que la victime se trouvait dans une situation d’urgence telle qu’elle était dans l’impossibilité de faire jouer la concurrence. Cela peut être le cas, par exemple, si un vendeur équipe une personne âgée, qui vient de se faire cambrioler, d’un dispositif de sécurité ultra-sophistiqué et nettement au-dessus de ses moyens.
Votre notation : Aucun Moyenne : 2.7 (3 votes)


Liens sponsorisés
Liens sponsorisés
Votre notation : Aucun Moyenne : 2.7 (3 votes)

bonjour à tous,
je viens d’avoir le président de la fameuse société d’installation de panneaux du 93 qui fait de la pub avec Marc-Emmanuel .
Un rendez-vous de la semaine dernière a seulement vu un électricien-contrôleur de tension qui a mesuré seulement 65 Volts à la sortie d’une série de 6 panneaux !!!
Le rendez-vous de cet après-midi ( concocté par Monsieur J ) destiné à changer au minimum 1 panneau défectueux / à vérifier les branchements / à changer les vis non-conformes
a été modifié ce matin alors que nous étions au travail .
Je considère donc que Groupe Solaire de France est incapable de tenir ses engagements commerciaux et techniques et j’exige donc le démontage et la remise en état du toit
ce qui va imposer le rachat par GSdF de liteaux, ardoises et crochets ...
Madame M vient de rappeler pour le rendez-vous de la dernière chance ce mercredi à 13h30 ….
En cas d’échec de fonctionnement mercredi soir, le démontage sera exigé jeudi 4 avril 2013 .
Vous pouvez nous joindre au 02 47 34 00 33,
bon courage à tous,
ed croisier 

bonjour à tous,
je peux enfin remercier tous les techniciens de Groupe Solaire de France et ERDF qui sont intervenus depuis le 3 avril 2013 afin que les panneaux produisent de l’électricité !
Les équipes Roumaines qui sont venues les 3 et 4 avril semblaient parfaitement compétentes aussi bien en « couverture » qu’en électricité
( je ne parle pas le Roumain donc la communication a été difficile ),
on peut dire que l’installation est « esthétique » ( des panneaux tout noirs sur de l’ardoise, c’est discret ) .
La venue des électriciens de GSDF aujourd’hui peut sembler superflue car la mise en service de l’onduleur est enfantine après
le passage d’un jeune, titulaire du bac pro électricité de Chinon, missionné par ERDF pour la pose du fameux « fusible » .
Si un client de Tours-sud souhaite visiter notre installation, il est le bienvenu 02 47 34 00 33 ( nous l’aiderons à comprendre et le rassurerons ) .
GSDF aurait intérèt à prévoir avec son client un calendrier du type : janvier = signature d’un devis avec prévision de production
( 3100 kiloWattheures par an à 34 centimes = 1054 E / an soit un bénéfice net de 1000 € / an environ ; février = acceptation de la mairie ;
mars = pose des panneaux et des boitiers dont l’onduleur + validation du Consuel ; avril = pose des 4 boitiers ERDF dont le compteur de production ;
mai = mise en production par ERDF + livraisons des « papiers » + règlement de la facture
( soit 5 mois entre la première signature et la production effective ! )
Pour nous, Il reste juste à régler les problèmes de papiers de garanties diverses ( gtie decennale photovoltaique = toiture + électricité PV ; gtie panneaux 25 ans – rendement 80 % dans 20 ans ; gtie onduleur ; … ) puis à payer la facture ( facture homologuée pour le crédit d’impot ! ) .
Nous remercions donc M David Haiun, M Benici et Mme Maryam pour avoir résolu le volet « technique » .
bonsoir à tous, cordialement, ed croisier