Testez-vous

Etes-vous "droit malin"?

Interviews

Maître Marc Lipskier, un avocat qui révolutionne le métier d'avocat *

Espace emploi

Des offres d'emploi et des CV gratuits

> Recrutez ou faites-vous chasser !

Lexique juridique

 

Tous les termes juridiques de A à Z

> Consultez gratuitement  !

Chiffres utiles

 

Indices et barèmes officiels en vigueur

> Consultez gratuitement  !

Partenaires

Succession et héritage : quelle est la règle des ordres d’héritiers en l'absence du conjoint et de testament ?

Article mis à jour le 19/04/2013

La loi prévoit qu’en l’absence de conjoint et de testament de la personne décédée, il existe quatre ordres d’héritiers possibles, classés par ordre d’importance de un à quatre, l’ordre numéro un étant prioritaire sur les autres, et ainsi de suite jusqu’au numéro quatre.

L’ordre le mieux placé élimine tous les autres ordres qui peuvent être présents à la succession.

  • Premier ordre d’héritiers : les enfants ou leurs descendants (petits-enfants, arrière-petits-enfants) ;

  • Second ordre d’héritiers : le père, la mère (appelés « ascendants privilégiés »), les frères et les sœurs (appelés « collatéraux privilégiés ») ;
  • Troisième ordre d’héritiers : les grands-parents et arrière-grands-parents (appelés également « ascendants ordinaires ») ;
  • Quatrième ordre d’héritiers : les oncles et tantes, cousins et cousines (appelés également « collatéraux ordinaires »).

En vertu de cette règle, si une personne décède en laissant un enfant et ses parents, seul l’enfant hérite (le premier ordre a priorité sur le second).

En revanche, s’il laisse plusieurs enfants, tous héritent et se partagent la succession.

Votre notation : Aucun Moyenne : 1.5 (2 votes)


Liens sponsorisés
Liens sponsorisés
Votre notation : Aucun Moyenne : 1.5 (2 votes)