Testez-vous

Etes-vous "droit malin"?

Interviews

Maître Marc Lipskier, un avocat qui révolutionne le métier d'avocat *

Espace emploi

Des offres d'emploi et des CV gratuits

> Recrutez ou faites-vous chasser !

Lexique juridique

 

Tous les termes juridiques de A à Z

> Consultez gratuitement  !

Chiffres utiles

 

Indices et barèmes officiels en vigueur

> Consultez gratuitement  !

Partenaires

Le prélèvement forfaitaire libératoire de l’impôt sur le revenu risque-t-il de pénaliser l’auto-entrepreneur ? - Page 3

Article mis à jour le 06/02/2012

L’application de cette règle du taux effectif peut être d’autant plus pénalisante que votre bénéfice réellement réalisé est faible.

Exemple : en 2011, vous êtes célibataire et vous avez 25 000 € de salaire imposable avant déduction des frais de 10 %.

Votre activité d’auto-entrepreneur génère un chiffre d’affaires de 80 000 € au titre des ventes et vous avez opté pour la taxation de vos revenus suivant un régime réel d’imposition. Vous déclarez un bénéfice de 5 000 €.

Votre impôt sur le revenu sera calculé sur un montant de 22 500 € + 5 000 € = 27 500 €, ce qui correspond à un impôt de 2 684 €, à comparer aux 4 810 € que vous auriez payés si vous aviez choisi le prélèvement forfaitaire.

Ainsi, au cas particulier, le choix du prélèvement forfaitaire est pénalisant.

En conclusion, il convient donc de bien réfléchir avant d’opter pour le régime de l’auto-entrepreneur et de chiffrer le coût des différentes solutions. Vous pouvez bien sur vous faire conseiller par un professionnel (expert comptable par exemple) ou un organisme ayant pour mission d’aider les entreprises (chambre de commerce, chambres des métiers et de l’artisanat…).

Votre notation : Aucun Moyenne : 1.5 (2 votes)


Liens sponsorisés
Liens sponsorisés
Votre notation : Aucun Moyenne : 1.5 (2 votes)