Testez-vous

Etes-vous "droit malin"?

Interviews

Maître Marc Lipskier, un avocat qui révolutionne le métier d'avocat *

Espace emploi

Des offres d'emploi et des CV gratuits

> Recrutez ou faites-vous chasser !

Lexique juridique

 

Tous les termes juridiques de A à Z

> Consultez gratuitement  !

Chiffres utiles

 

Indices et barèmes officiels en vigueur

> Consultez gratuitement  !

Partenaires

Quelles sont les normes pour la qualité de l’eau en bouteille ?

Article publié le 04/09/2010

Eau de source ou eau minérale ?

  • L’eau de source est une eau d’origine souterraine, micro-biologiquement saine et protégée contre les risques de pollution, qui ne nécessite, avant conditionnement, que des traitements physiques élémentaires (aération, décantation, filtration...). Son exploitation est prévue par un arrêté préfectoral.
  • Une eau minérale naturelle est une eau microbiologiquement saine, provenant d'une nappe ou d'un gisement souterrain exploité à partir d'une ou plusieurs émergences naturelles ou forées constituant la source. Elle ne doit pas contenir un nombre ou une concentration de micro-organismes, de parasites ou de toute autre substance constituant un danger pour la santé publique. Elle répond en outre à des critères de qualité microbiologiques et physico-chimiques. Elle témoigne, dans le cadre des fluctuations naturelles connues, d'une stabilité de ses caractéristiques essentielles, notamment de sa composition et de sa température à l'émergence, qui n'est pas affectée par le débit de l'eau prélevée. Elle se distingue des autres eaux destinées à la consommation humaine par sa nature, caractérisée par sa teneur en minéraux, oligoéléments ou autres constituants ; et par sa pureté originelle, l'une et l'autre caractéristiques ayant été conservées intactes en raison de l'origine souterraine de cette eau qui a été tenue à l'abri de tout risque de pollution.

Elles ne peuvent faire l'objet d'aucun traitement ou adjonction autres que ceux relatifs à :

  • La séparation des éléments instables, par décantation ou filtration, éventuellement précédée d'une oxygénation, ce traitement ne devant pas avoir pour effet de modifier la composition de l'eau dans ses constituants essentiels ;
  • L'élimination de gaz carbonique libre par des procédés exclusivement physiques ;
  • L'incorporation ou la réincorporation de gaz carbonique ;
  • La séparation des composés du fer, du manganèse, du soufre et de l'arsenic, à l'aide d'air enrichi en ozone ;
  • La séparation de constituants indésirables.

Certaines eaux minérales ne seraient pas « potables » si l’on comparait leurs analyses à celles de l’eau du robinet ! En effet, des critères microbiologiques et physico-chimiques propre aux eaux minérales sont définis, dans un arrêté du 14 mars 2007. Les eaux de source, elles, sont régies par les mêmes exigences que l’eau du robinet.

Par ailleurs, l’étiquette de ces eaux doit bien mentionner la composition des eaux et si elles ont été soumises à certains traitements. Il faut noter qu’il est interdit d’entretenir, tant sur les emballages ou les étiquettes que dans la publicité, une confusion entre une eau de source et une eau minérale naturelle (notamment par l'indication de propriétés favorables à la santé ou par la mention d'expressions comportant le mot "minéral", ou par la mise en exergue d'un ou de plusieurs éléments particuliers relatifs à la composition de l'eau).

Votre notation : Aucun Moyenne : 2 (2 votes)


Liens sponsorisés
Liens sponsorisés
Votre notation : Aucun Moyenne : 2 (2 votes)