Testez-vous

Etes-vous "droit malin"?

Interviews

Maître Marc Lipskier, un avocat qui révolutionne le métier d'avocat *

Espace emploi

Des offres d'emploi et des CV gratuits

> Recrutez ou faites-vous chasser !

Lexique juridique

 

Tous les termes juridiques de A à Z

> Consultez gratuitement  !

Chiffres utiles

 

Indices et barèmes officiels en vigueur

> Consultez gratuitement  !

Partenaires

Puis-je donner n’importe quel prénom à mon enfant ?

Article mis à jour le 12/06/2012

Si les parents jouissent en principe d’une grande liberté dans le choix du prénom de leur enfant, cette liberté de choix est loin d’être absolue.

Liberté du choix du prénom

En effet, en vertu de l’article 57 du code civil, les parents peuvent choisir librement un ou plusieurs prénoms pour leur enfant.

L’officier d’état civil ne dispose plus du pouvoir de refuser de sa propre initiative un prénom sur l’acte de naissance de l’enfant.

Ainsi, les prénoms choisis peuvent très bien ne pas figurer sur le calendrier, ou être de consonance étrangère (Diego, Jeff…).

Limites à la liberté du choix du prénom

Toutefois, lorsqu’un prénom attribué à un enfant est un prénom composé, il doit être composé de 2 prénoms au maximum. Ainsi, par exemple, le prénom Jean-Paul-Yves qui accole 3 prénoms ne peut pas être admis (Réponse ministérielle du 12 avril 1966 publiée au journal officiel du 3 mai 1966).

Par ailleurs, la loi exige que les prénoms ne soient pas contraires à l’intérêt de l’enfant ou au droit des tiers à protéger leur patronyme. Dans le cas contraire, l’officier d’état civil doit en avertir sans délai le procureur de la République. Celui-ci peut saisir à son tour le juge aux affaires familiales du tribunal de grande instance.

Votre notation : Aucun Moyenne : 1.5 (2 votes)


Liens sponsorisés
Liens sponsorisés
Votre notation : Aucun Moyenne : 1.5 (2 votes)