Testez-vous

Etes-vous "droit malin"?

Interviews

Maître Marc Lipskier, un avocat qui révolutionne le métier d'avocat *

Espace emploi

Des offres d'emploi et des CV gratuits

> Recrutez ou faites-vous chasser !

Lexique juridique

 

Tous les termes juridiques de A à Z

> Consultez gratuitement  !

Chiffres utiles

 

Indices et barèmes officiels en vigueur

> Consultez gratuitement  !

Partenaires

FORUM - Santé

offline
Inscription: 29/01/2020
Résolu

Ce que l’on appelle ‘l’épreuve d’effort’ est une manière de constaté ce que le cœur à dans le ventre. En le faisant travailler de façon maximale, le cardiologue observe ses réactions, évalue des capacités et détecte d’éventuels dysfonctionnements.

Quels sont les risques ?
Des incidents cardiaques peuvent survenir au cours de cette épreuve : un décès pour 75000 à 100 000 selon la Fédération française de cardiologie. Ce risque nécessite que l’épreuve d’effort soit réalisée dans une salle possédant du matériel de réanimation ou située près d’une unité de soins intensifs cardiaques. Le respect des contre-indications à cet examen (infarctus récent, troubles du rythme graves, insuffisance cardiaque non contrôlée…) limite les incidents cardiaques durant l’examen d’effort physique.

Que voit-on sur un électrocardiogramme d’effort ?
Les courbes de l’électrocardiogramme montrent l’activité électrique du cœur. Elles permettent de voir comment celui-ci répond à l’effort intense qui lui est demandé. Et déceler des dysfonctionnement grâce au tracé et à leur interprétation.

En quoi ça consiste ?
Cet électrocardiogramme d’effort, mené sous la responsabilité d’un cardiologue, consiste à enregistrer notre activité cardiaque durant un effort soutenu grâce a des électrodes posées sur le thorax. La pression artérielle (lire cet article) est également surveillée via un brassard. L’air expirée peut aussi être analysé pour mesurer la consommation d’oxygène. L’épreuve constitue à marche ou à courir sur un tapis roulant a inclinaison ou bien à pédaler sur un vélo. Après une phase d’échauffement, on augmente progressivement son effort, jusqu’à aller au maximum de ses possibilités. La durée de l’épreuve est déterminée en fonction de notre profil : de quelques minutes pour les plus fragiles, à 15 – 20 minutes, suivies de 10 minutes de récupération.

Pourquoi réaliser cet examen ?
Prescrit en cas de suspicion ou pour surveiller des maladies des artères et pour détecter des anomalies du rythme cardiaque à l’effort (a lire), il est parfois conseillé avant la reprise du sport chez des gens ayant des facteurs favorisant les problèmes coronariens.

Quelle préparation ?
On évite de venir a jeun, de manger pendant 2 heures, qui précèdent l’examen, de fumer, et l’on ne met pas de crèmes sur la peau pour e pas gêner le fonctionnement des électrodes. Le port d’une tenue confortable ou de sport, ainsi que des chaussures de course est recommandé.

Comment se déroule-t-il ?
Durant l’examen, le cardiologue, assisté d’une infirmière, surveille le tracé de l’électrocardiogrammes sur un moniteur ainsi que la pression artérielle. L’épreuve est arrêtée lorsqu’on atteint un état d’épuisement, si des symptômes ou des anomalies du rythme cardiaque surviennent ou si l’on en fait la demande. On est également invité à signaler l’apparition de toute manifestation anormale (douleur dans la poitrine, étourdissement, fatigue intense…) au cours de l’effort. Un compte rendu final est rédigé par le cardiologue.

Aucu vote pour l'instant.
RépondrePoser une question
Liens sponsorisés