Testez-vous

Etes-vous "droit malin"?

Interviews

Maître Marc Lipskier, un avocat qui révolutionne le métier d'avocat *

Espace emploi

Des offres d'emploi et des CV gratuits

> Recrutez ou faites-vous chasser !

Lexique juridique

 

Tous les termes juridiques de A à Z

> Consultez gratuitement  !

Chiffres utiles

 

Indices et barèmes officiels en vigueur

> Consultez gratuitement  !

Partenaires

Comment lire les étiquettes énergie et climat du diagnostic de performance énergétique (DPE) ? - Page 4

Article mis à jour le 24/03/2011

Lecture de l’étiquette climat

L’étiquette climat complète l’étiquette énergie dans le diagnostic de performance énergétique. Elle  indique si les éléments d’équipement du logement concernant le chauffage, l’eau chaude et la climatisation ne sont pas trop polluants pour la couche d’ozone qui protège la planète des rayons ultraviolets.

L’étiquette climat est fournie à la signature de tout avant-contrat de vente immobilière et de tout bail d’habitation.

Les valeurs sont exprimées en équivalent kilos CO² par m² et par année (K/CO²/m²/an) pour chaque logement. Comme pour l’étiquette énergie, l’échelle va de A pour les logements faiblement émetteurs de gaz à effet de serre à G pour les logements fortement polluants. Sur le diagnostic, une flèche noire placée à droite sur le diagramme de couleur indique la classe retenue suite à l’expertise. Le diagramme qui précise l’échelle des classes est de couleur violette. La couleur violet clair en haut du diagramme correspond à la classe A. La couleur varie en dégradé jusqu’au bas du diagramme en violet foncé qui correspond à la classe G.

Les classements peuvent être très variables en fonction des modes de production d’énergie utilisés dans les logements concernés. Ainsi, un appartement pour lequel tous les éléments d’équipement fonctionnent à l’électricité peut entrer dans la classe A. Par contre, un logement qui utilise un système de chauffage au mazout 6 mois dans l’année, sera classé F ou G et considéré comme beaucoup plus polluant.

Votre notation : Aucun Moyenne : 1.5 (2 votes)


Liens sponsorisés
Liens sponsorisés
Votre notation : Aucun Moyenne : 1.5 (2 votes)

Je ne suis pas d'accord avec votre interprétation de l'appréciation du logement.

L'étiquette est en énergie primaire et son but est de faire en sorte que les français se désengagent du chauffage électrique. Preuve en est le ratio imposé par la RT2005 pour un bien en Rhône-Alpes (maison ou appartement) 130 kWh/(an.m²) pour un chauffage gaz ou fioul mais 250 kWh/(an.m²) pour un chauffage électrique.

Une classe E électrique à 250 représentant un bien en fait davantage isolé (d'environ 30%*) qu'une classe C en gaz à 130. L'explication vient du fait que l'unité servant à la classe énergétique n'est pas de l'énergie finale (ce que vous consommez) mais l'énergie primaire (ce que l'on est sensé puiser dans la nature pour vous apporter votre énergie finale).

Pour le gaz et le fioul on a besoin de 1 kWh primaire pour un kWh final mais pour l'électricité on consomme soi-disant 2.58 kWh primaire pour amener un kilowattheure final. Etonnant n'est ce pas ?

En tout état de cause E ne signifie pas "isolation thermique à améliorer" ... excepté pour le gaz ou le fioul 

* Explications 250/2.58=96 kWh final soit environ 30% inférieur à 130